Manque de conviction sur le CAC40

11 days ago
  • Html
  • Text
Si vous avez des difficultés à lire cet e-mail, cliquez ici.
 
ACTU DES MARCHÉS AU 14 JUIN 2019

•  Plan de trade - Manque de conviction sur le CAC40 (Gilles Leclerc)
•  Analyse - Les marchés actions atteignent des sommes d’inconséquence
(Philippe Béchade)
•  Marchés obligataires - Or : quid du breakout ? (Mathieu Lebrun)
Les meilleurs investisseurs de la planète utilisent déjà ces stratégies de revenus...
Simples, efficaces, facilement applicables... elles pourraient vous permettre de devenir rentier – et vous pourriez les recevoir en cadeau !
Pour verrouiller votre exemplaire, cliquez ici.

Manque de conviction sur le CAC40
Par Gilles Leclerc
La semaine dernière (la flèche orange), le CAC40 se situait juste sous la résistance de son canal baissier (en rouge). A l’aune des graphiques et du positionnement des indicateurs techniques au dernier pointage, j’écrivais que « vu les points d’inflexion, nous pouvions essayer ici de projeter un canal tentatif haussier ».


Cliquez sur l'image pour l'agrandir
Et de poursuivre : « dans ce cas, le prochain mouvement devrait être une invalidation du canal baissier de court terme, suivi d’un pull back et… d’une nouvelle impulsion haussière. »
« Et puisqu’il faut bien adopter une ligne de conduite, même si l’édifice semble pour le moins fragile, je m’en tiendrai à un biais haussier tant que la MACD restera positive et que le CAC40 continuera de naviguer au-dessus du support du canal haussier bleu », concluais-je.
Une semaine plus tard, je n’ai pas changé d’avis, même si la donne a changé entretemps. Avec un rebond néanmoins un peu mollasson au vu des annonces extrêmement accommodantes des banques centrales, ouvertes à des taux zéro voire négatifs, et le cas échéant à relancer « quantitative easing » et autres TLTRO, autant de mesurettes destinées à secourir des économies qui ne peuvent plus avancer et, en Europe, une inflation qui ne veut pas repartir.
A croire que les potions magiques concoctées par les « sorciers » des banques centrales pour essayer de tordre la réalité et de plier artificiellement les marchés à leur volonté ont de moins en moins d’effet…

Statu quo

Trêve de digressions, le canal baissier a effectivement été invalidé, avant qu’une accélération haussière ne vienne valider le signal. Jusque-là, nous sommes dans les cordes au niveau des réactions du marché et pour le moment, le canal haussier (en bleu) demeure d’actualité, marquant de fait un biais haussier de court terme… tant que son support reste valide.
Surtout, maintenant que nous sommes enfin sortis des tendances algorithmiques (les canaux vert et rouge), on commence à y voir plus clair... On remarquera au passage la précision du tracé algorithmique, avec une pente de progression de 60 degrés sur le graphique pour le canal vert et une pente exactement inverse de - 60 degrés pour la pente de régression du canal rouge. Un travail bien fait et précis !
Toujours à court terme, deux niveaux apparaissent : les 5 450 et les 5 250 points (tous deux reconnaissables à l’aide des segments horizontaux en gris pointillé). Au milieu, nous devrions avoir - toujours à court terme - un CAC40 évoluant en mode « range » entre ces bornes.
Pour le reste de la conclusion, comme dit en introduction, c’est exactement la même chose que la semaine dernière…
Bon week-end,
Gilles

*** CASH ALERT ***
Des gains de 1 000 €... 851 €... 429 €... tous les jours...
... Directement sur votre smartphone !
Tout est expliqué dance cette vidéo exclusive : cliquez vite... et n'attendez pas : le prochain jackpot est prévu pour demain !

Les marchés actions atteignent des sommes d’inconséquence
Par Philippe Béchade
Nous ne savons pas si le marché manifeste une sorte d'instinct ou si les « maîtres des algorithmes » ont identifié une sorte de niveau d'équilibre entre les différents risques (récession, recul des profits, déflation) et les opportunités (argent moins cher et plus abondant). Après une première semaine du mois de juin tonitruante, les indices boursiers s'engagent quoi qu’il en soit dans une phase de « camisole algorithmique » qui gèle littéralement la volatilité.
Mais si le second semestre pourrait être celui du ralentissement de l'activité, il n’est manifestement pas question pour autant de réduire l'exposition aux actions, dont la prime de risque vient il est vrai de se rétablir de façon spectaculaire, à la lumière des anticipations de détentes de taux pour les neuf prochains mois (trois voire quatre gestes d'assouplissement sont attendus de la part de la FED).

Des volumes très réduits…

Il s’agit néanmoins d’un raisonnement très court-termiste, avec des acheteurs qui appliquent mécaniquement une survaleur immédiate aux titres cotés, sur la base des cours affichés avant que les banques centrales se déclarent prêtes à sortir la grosse artillerie (celle à laquelle elles sont supposées recourir quand la situation devient ultra-critique).
Les volumes négociés lors du récent rebond du début de mois témoignent par ailleurs du peu d'engouement réel pour les actions et du caractère peu discriminant des achats. Ces derniers s'effectuent de surcroît majoritairement par le biais des ETF... ou correspondent à l'exécution de programmes de rachats de titres (« buybacks ») par le biais du levier de l'endettement bon marché (et qui le sera plus encore d'ici quelques semaines).
Alors certes, la FED et la BCE promettent que le sac à dos - la charge des intérêts - sera moins lourd à porter, mais le voyageur devra tout de même affronter intempéries, ravins et sols glissants, aussi sa marche devrait in fine être bien plus périlleuse que s'il avait dû supporter un poids un peu plus élevé, mais sur du plat et par grand beau temps.

… et une FED qui s’entête dans l’erreur


Pour lire la suite...

Or : quid du breakout ?
Par Mathieu Lebrun
Dans moins de dix jours, l’été arrive. Comme moi, vous vous dites peut-être que vu les températures ambiantes, il serait temps, mais promis, aux dires de météorologues les températures devraient enfin être de saison dans les prochains jours. Un réchauffement qui, au niveau boursier, me pousse à un focus particulier sur un segment sur lequel je suis « chaud » : l’or.
Comme je vous le disais dans mon dernier article, autant durant le printemps, saisonnalité oblige, je n’ai eu de cesse de chercher à vendre les indices, autant dans les jours et semaines à venir je pense que le secteur aurifère pourrait être bien être LE « bon coup » à jouer.
Ceux qui sont habitués à me lire depuis un certain temps dans ces colonnes le savent : je surveille une importante zone de résistance oblique sur le métal précieux, laquelle bloque les cours depuis début 2018.
Comme toujours en Bourse, il n’est pas facile de savoir quand cette résistance va céder, mais étant donné la structure des cours, les choses pourraient aller très vite après sa cassure. Les éléments ne cessent en outre de s’accumuler ces derniers temps dans l’optique d’un prochain franchissement.

Un environnement obligataire, monétaire et pétrolier propice…


Pour lire la suite...

Infos Bourse, News & Opportunités

▶  Christine Lagarde tacle la stratégie monétaire de l'Italie
▶  La production industrielle de l'eurozone se contracte de 0,5% en avril et de 0,4% sur 1 an
▶  L'OPEP juge les stocks de pétrole mondiaux trop élevés, malgré une réduction de la production

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux !

Publications AGORA © Tous droits réservés 2019
Vous recevez ce mail car vous êtes abonné à La Bourse au quotidien, publiée par Publications Agora France SARL. © Tous droits réservés 2019.
Les informations contenues dans La Bourse au quotidien sont uniquement données à titre informatif. Le lecteur reconnaît et accepte que toute utilisation du service et des informations le constituant, de même que toute décision relative à une éventuelle opération d'achat ou de vente de valeurs mobilières qu'il prendrait suite à ce message, sont sous sa responsabilité exclusive. Les informations données et les opinions formulées ne constituent en aucune façon des recommandations personnalisées en vue de la réalisation de transactions. De ce fait, la responsabilité de La Bourse au quotidien, de ses partenaires et de ses rédacteurs ne pourra en aucun cas être engagée en cas d'investissement inopportun.
Nous conseillons à nos lecteurs de consulter, avant d'investir, un courtier ou conseiller financier indépendant agréé.
Les informations vous concernant font l'objet d'un traitement informatique destiné à l'envoi de cette newsletter gratuite. Vos données sont conservées en conformité avec les directives de la CNIL. Comme La Bourse au quotidien est financée grâce aux abonnements pour nos services, vous avez accepté de recevoir des messages publicitaires pour promouvoir nos meilleures idées d'investissement.
Conformément à la loi "informatique et libertés" du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement européen n°2016/679/UE du 27 avril 2016, vous bénéficiez d'un droit d'accès, de rectification, de portabilité et d'effacement de vos données ou encore de limitation de traitement, en écrivant aux Publications Agora – 8 rue de la Michodière – 75002 Paris
service-clients@publications-agora.fr. Politique de confidentialité
Désabonnement : si vous souhaitez vous désabonner, cliquez ici)
 

Share this newsletter on

Related newsletters

© 2019