Un autre scandale de la République : le Jour de libér ation des contribuables

2 months ago


Text only:

Un autre scandale de la République :
le Jour de libération des contribuables
 Si vous souhaitez vous
désabonner, cliquez ici

 
Cliquez ici pour visualiser en ligne
Un autre scandale de la République :
le Jour de libération des contribuables
Si la France a brillamment gagné la Coupe du monde de football, une autre victoire moins glorieuse est à notre actif en cet
été 2018 :
La France est aussi championne du monde
de la dépense publique et des impôts.
Triste record dont personne ne parle.
Et n’attendez pas de nos « très chers » gouvernants et élus, ni des médias trop occupés à faire
du buzz, qu'ils parlent de cet exploit qui plombe notre économie et nos portemonnaies.
Et ce triste record nous amène enfin à fêter une date symbolique :
 
23 juillet 2018 :
Jour de la libération des contribuables !
Nous allons enfin pouvoir commencer à travailler pour nous, et non plus pour financer le train de vie de l’État.
Mais c’est une fête bien amère.
Car oui, depuis le 1er janvier dernier, chaque euro que vous avez gagné en salaire ou en pension de retraite a été
INTÉGRALEMENT pompé par l’État pour financer ses dépenses.
Près de 7 mois de servage pour payer des services publics de moins en moins performants, dégradés et inadaptés.
Avec mon équipe, nous avons fait l’étude comparative avec d’autres pays.
Le Royaume-Uni est libéré de ses impôts depuis le 27 mai
L’Espagne est libérée de ses impôts depuis le 28 mai
L’Allemagne est libérée de ses impôts depuis le 8 juin
Le Japon est libéré de ses impôts depuis le 19 mai
Ont-ils une moins bonne qualité de vie que nous ?
Ont-ils plus d’injustice qu’en France ?
Sommes-nous mieux protégés en France ?
La réponse est non.
Pourtant
L’État-glouton vient purement et simplement de nous prendre plus de 56% de nos revenus.
Nous commençons seulement depuis le 23 juillet à travailler vraiment pour nous.
Je vais vous raconter ce qui m’est arrivé.
Cela peut paraître dérisoire mais c'est, ô combien, révélateur.
La semaine dernière, j’ai garé ma voiture sur un stationnement payant. J’ai payé bien sûr et mon ticket est
arrivé à échéance à 14h30. Je suis revenu à mon véhicule à 14h40. Et bien, figurez-vous que
dans l’intervalle, à 14h35 exactement, j’ai été verbalisé sans même croiser une pervenche !
La ville a mis en place un système de « Big Brother » avec des véhicules bourrés de caméras qui
contrôlent en permanence si vous vous êtes acquittés de la taxe sur le stationnement.
30€ d’amende pour avoir dépassé de 5 minutes !
Les municipalités sont à l’image de
l’État : incapables de réduire leurs dépenses publiques.
Elles se rattrapent sur toutes les recettes possibles dont le stationnement et les amendes.
Elles sont prêtes à déployer des trésors de technologie pour nous faire cracher toujours plus d’argent.
Voilà de quoi crève notre pays aujourd’hui !
De ces taxes, de ces impôts, de ces contributions que nous payons à l’État pour assurer son train de vie monarchique
!
Au point de nous faire travailler jusqu’au 23 juillet pour alimenter ses caisses.
Imaginez ce que nous pourrions faire si
l’État réduisait ses dépenses et nous rendait du pouvoir d’achat.
Nous pourrions aider nos enfants et petits-enfants à se lancer dans la vie, nous offrir des loisirs ou peut-être même, tout
simplement mieux vivre…
Nous permettrions à l’économie française de fonctionner, aux Français de travailler, et au chômage de se
résorber en partie.
Car oui, trop d’impôts, c’est moins de pouvoir d’achat, moins de libertés, et plus de chômage.
À partir des chiffres de l’OCDE, j’ai préparé une étude comparative sur le Jour de libération des
contribuables que vous pouvez télécharger en cliquant ici :
Les contribuables français doivent savoir qu’ils sont le dernier des pays de l’OCDE à être libérés
fiscalement.
Nous aurons travaillé 204 jours pour l’État en 2018 !! Soit plus de la moitié de l’année.
Et dire que nous avons fait la révolution pour en arriver là ! Rien n’a changé finalement… L’État
siphonne encore le peuple.
 
Tout le monde doit savoir !
Je dois absolument adresser cette étude comparative sur le Jour de libération des contribuables à l’ensemble des membres du
gouvernement bien sûr, mais aussi à l’ensemble des élus.
C’est à plus de 600 000 élus
locaux et nationaux à qui je dois écrire et envoyer notre étude.
Alors, j’ai besoin de vous.
Ils doivent savoir que nos voisins européens ont été capables de réduire leurs dépenses pour réduire les
impôts ! À quand notre tour ?
Ras-le-bol de se faire saigner, de nous trouver toujours les « faux bons arguments » pour nous faire avaler la pilule fiscale !
Pour cela j’ai besoin de vous. Cette opération coûte cher et je ne
peux la faire sans votre soutien financier.

Et sachez que pour monter une telle opération il n’y a pas de
petit don. Chaque don compte.
Contribuables libérés, militons pour une politique fiscale qui nous redonne de la liberté et du pouvoir d’achat.
Je compte sur votre soutien, même symbolique.
Avec mes remerciements sincères,
 
 
Eudes Baufreton
DIrecteur
P.S. Dons et prélèvement à la source : la réduction fiscale maintenue
Les dons réalisés cette année bénéficieront bien d’une restitution de la réduction d’impôt
de 66 % déjà existante. Source : Ministère des Finances
Que ce soit par carte bleue ou avec PayPal,
les transactions faites sur notre site sont entièrement sécurisées.
 

Cliquez sur l'image pour télécharger l'étude

 
 
Sécurité
et confidentialité
Contribuables Associés s'engage à ne jamais communiquer votre E-mail.
Il vous appartient, et doit rester privé et sécurisé.
Si vous souhaitez ne plus recevoir de courrier
de la part de Contribuables Associés, cliquez ici

Le fichier de Contribuables Associés est enregistré à la CNIL sous le numéro 235741.Vous bénéficiez
d'un droit d'accès et de rectification aux informations qui vous concernent. Si vous souhaitez exercer ce droit et obtenir communication des
informations vous concernant, ou si vous ne souhaitez pas que vos coordonnées postales soient communiquées ou échangées
à des tiers à des fins de prospections, veuillez-vous adresser à contact@contribuables-infos.org ou au
01.42.21.16.24

Deel deze nieuwsbrief op

© 2018